Pêche: le Sénégal et le Liberia accordent leurs lignes

Des pirogues de pêche alignées sur la plage de Yoff à Dakar. © RFI/Ndiassé SAMBE
Malgré la distance, plus de 1 500 kilomètres, le Sénégal et le Liberia s’entendent bien, surtout quand il s’agit de faire des affaires. Le Président Georges Weah vient d’accorder 300 licences aux pêcheurs sénégalais. L’accord a été signé pour une durée de 5 ans : en échange des cargaisons de poissons, le Sénégal s’est engagé à former les pêcheurs du Libéria. Cet accord montre aussi les effets de la surpêche au large du Sénégal, surpêche qui oblige les bateaux à aller de plus en plus loin.

Multiplication des accidents en mer, pénurie de carburant-pirogue, pour le ministre de la Pêche sénégalais, Oumar Gueye, cet accord pour 300 licences, 100 pour le secteur artisanal, 200 pour le secteur semi-industriel est le bienvenu. « La mise en œuvre de ce nouvel accord pour la gestion durable des ressources halieutiques et aquacoles est [favorable à] l’émergence de nos économies nationales ».

La baie de Hann est un port de pêche important de Dakar et de nombreuses pirogues n’ont pas attendues l’accord avec le Liberia pour aller y pêcher. « Les pêcheurs, avant, ils faisaient cinq jours pour avoir du poisson, maintenant, ils sont obligés de faire dix-douze jours. Pour certains poissons, il faut effectivement partir jusqu’au Liberia », nous explique Alpha Barro, mareyeur.

Pêcher à 1 500, voire 2 000 kilomètres de son port d’attache est donc une obligation car la surpêche a détruit les ressources et les poissons vendus sont de plus en plus petits expliquent Amadou Ndiaye, chef de quai à Hann. « Ce sont des dorades, des barracudas, des espèces dites nobles. Le problème de taille ne se pose plus. Ça se vend, maintenant ».

En échange des droits de pêche dans les eaux du Liberia, le Sénégal a promis de partager tout son savoir et ses compétences pour lutter contre la pêche illégale.

Source: http://www.rfi.fr/afrique/20190124-peche-senegal-liberia-accordent-leurs-lignes


Imprimer   E-mail